• L’érablière de la ferme Magolait

    Par Assurance Claude Marcoux 22 mars 2016

    La famille Beauvais

    Depuis presque 27 ans, France Demers et Serge Beauvais ont acheté la ferme du père de Serge. Arrivé sur cette terre à l’âge de 3 ans, Serge Beauvais a grandi sur cette ferme et s’est marié avec France Demers qui provenait aussi d’une famille agricole. Leur passion commune pour l’agriculture s’est transmise à leurs quatre enfants : Émilie, David, Samuel et Marie-Josée qui sont tous fortement impliqués au niveau de l’environnement et du domaine de l’agriculture. En 2011, avec l’aide des enfants, ils ont commencé la reconstruction de la cabane à sucre, qui peut maintenant recevoir 100 personnes. Du 27 février au 1er mai, les gens peuvent réserver afin de venir déguster de bons plats traditionnels lors des fins de semaine. Il est aussi possible de réserver pendant la semaine, à condition d’être un groupe de plus de 25 personnes. Le samedi, deux services sont offerts : l’un à 11 h 30, et l’autre à 17 h 30. L’année dernière, près de 3 000 personnes sont venues manger à l’érablière Magolait : la plus grosse année jusqu’à maintenant. Et ce chiffre ne cesse d’augmenter depuis l’ouverture…

    La reconstruction de la cabane à sucre

    Depuis quelques années, le couple se penchait sur cette idée : ériger les fondations d’une nouvelle cabane à sucre capable de recevoir un nombre considérable de convives. Avec l’aide de ses garçons, David et Samuel, Serge a construit cette magnifique cabane, qui peut dorénavant recevoir des gens pour des événements de toutes sortes : mariages, événements corporatifs, et bien sûr, pour ceux et celles désirant se sucrer le bec dans la période des sucres! « C’est possible de louer la salle pour des événements particuliers, ma sœur s’est mariée ici l’automne dernier », souligne Madame Demers.

    La cabane à sucre initiale n’était pas située dans un endroit stratégique. « Il n’y avait pas d’arbres autour et on ne trouvait pas cela vraiment folklorique; c’est pour cette raison que nous avons décidé de reconstruire. De plus, ce n’est pas le genre de projets que nous aurions eu envie de faire dans la soixantaine, ça demande beaucoup d’énergie », affirme Monsieur Beauvais.

    La popularité grandissante de l’érablière Magolait

    Exemple de table d'érablièreL’année dernière, l’érablière Magolait a reçu le Collège Servite. Cette année, ils les recevront à nouveau avec des jeunes provenant d’Europe. « Ces jeunes viennent manger, mais veulent aussi apprendre sur la culture et notre métier. Serge va leur faire un petit exposé sur l’érablière », mentionne Madame Demers. Plusieurs entreprises s’intéressent à la cabane à sucre pour des repas de groupe. « La ville de Sherbrooke est venue visiter la cabane à sucre, dans le but de venir y manger un soir. Ils ont trouvé ça très beau et ils viendront cette année », renchérit-elle.

    Malgré une augmentation du nombre de personnes chaque année, le couple ne souhaite pas que l’érablière devienne « commerciale », mais plutôt qu’elle demeure familiale. « Les gens peuvent rester jusqu’à 16 h s’ils le souhaitent pour glisser dehors, faire un tour de chevaux ou manger de la tire. Le soir, on met souvent de la musique pour danser. On leur dit tout le temps : "Sentez-vous comme chez-vous" ». », dit-elle.

    Leur passion commune pour la terre

    France et Serge ont toujours eu une passion envers l’agriculture. « Nous aimons la ferme et nous avons transmis cette richesse à nos enfants. Nous ne les avons cependant jamais obligés à étudier en agriculture. Serge a toujours dit que si les enfants n’aimaient pas cette orientation, il vendrait la ferme. Aujourd’hui, nous avons un beau problème, nos quatre enfants sont intéressés à travailler sur la terre », mentionne Madame Demers.

    Même si cet achat nécessitait des sacrifices financiers, le couple a acheté la terre du père de Serge à Fitch Bay, afin que leurs quatre enfants puissent se diviser les terrains éventuellement. « Si on veut établir nos jeunes, ça prend de la surface et des possibilités pour ne pas les mettre tous dans le même "chaudron" », confie Monsieur Beauvais. « Les enfants ont tout le temps été impliqués dans nos décisions, c’est pourquoi ils ont un sentiment d’appartenance. Ils participent aux décisions et lorsque ça va bien, lorsqu’on fait des bons coups : c’est aussi grâce à eux! », souligne Monsieur Beauvais.

    Cette bonne entente familiale transparaît dans les activités à l’érablière. Toute la famille a mis « la main à la pâte » pour construire et assurer le bon fonctionnement de la cabane à sucre. « Quand nos fils et nos filles viennent aider à la cabane à sucre pour la soupe et la vaisselle, les gens voient que c’est une entreprise familiale, ce qui est très apprécié. Ils aiment voir les propriétaires sur le "plancher", et nous, ça nous permet de socialiser et de rencontrer des personnes intéressantes », mentionne Madame Demers.

    Pour des informations supplémentaires sur l’érablière Magolait, consulter le site Internet suivant : www.erablierefermemagolait.ca ou la page Facebook : Érablière Ferme Magolait sur Facebook

    » Consulter la liste de nos chroniques

Réponse

  1. Jean-Guy Rancourt dit :

    Bravo! Quelle belle famille! Xx

Laisser un commentaire

Faites une demande
de soumission en ligne

Estrie Richelieu Assurance Agricole Service d'assurance agricole Economical Intact Assurance véhicule tout-terrain Assurance agricole L'Unique Assurance Royal Sun Alliance Assurance Agricole Aviva Programme VTT d'assurance Optimum
Ledor Assurance Agricole Assurance Agricole April Service d'assurance agricole Lloyd's Service d'assurance agricole Optimum Assurance VTT Echelon Service d'assurance agricole Morin Elliot Associés Service d'assurance agricole Northbridge